Pour une Belgique à 4 régions

L'évolution vers une Belgique à quatre Régions permettrait de sortir d’une logique de confrontation de deux communautés linguistiques

De quoi s’agit-il ?

Le paysage institutionnel belge francophone est beaucoup trop complexe! D’une part, une rationalisation du paysage institutionnel belge permet à l’Etat de faire des économies d’échelles. La multiplication des niveaux de pouvoir d’autres, et par extension du nombre décideurs politiques, nui à l’efficacité, la pertinence, la cohérence et la lisibilité de l’action politique. Cette lasagne institutionnelle permet aux responsables politiques de se renvoyer la balle dans de nombreux dossiers plutôt que de les faire avancer.

La forte complexité de l’organisation institutionnelle politique ne permet pas de pouvoir suivre efficacement les différents niveaux de pouvoir et comprendre l’ensemble des décisions prises. Ce qui crée un flou artistique qui ne lui permet pas d’exercer son action de contrôle démocratique.

De plus, la réalité régionale s’est imposée comme la réalité de référence des wallons et des bruxellois. Les réalités et défis socioéconomiques à Bruxelles et en Wallonie présentent des spécificités qu’il est important de prendre en considération dans l’organisation politique. Une régionalisation de l’enseignement et de la culture permettrait de mettre en place des politiques cohérentes prenant en compte la richesse, la différence et la diversité bruxelloise, wallonne et germanophone.

Pour finir, une évolution vers une Belgique à quatre Régions permettrait de sortir d’une logique de confrontation de deux communautés linguistiques. Logique d’opposition qui a trop souvent paralysé notre pays.

Pour plus d’informations :