Les scenarios pour l’avenir de l’UE

L’Union européenne a entamé un processus de réflexion sur son avenir, présentée par la Commission européenne dans le « Livre blanc sur l’avenir de l’Europe » (Mars 2017). Comment voyons-nous cet avenir?

De quoi s’agit-il ?

L’Union européenne a entamé un processus de réflexion sur son avenir, présentée par la Commission européenne dans le « Livre blanc sur l’avenir de l’Europe » (Mars 2017). Dans cette optique, J.-C. Juncker évoque cinq scénarios envisageables, partant du principe que l’UE continuera d’exister :

  1. S’inscrire dans la continuité du fonctionnement actuel.
  2. Rien d’autre que le marché unique : pas de travail commun en termes de migrations, sécurité, défense, environnement… Le nombre de législations communes diminuent.
  3. Ceux qui veulent plus font plus : un certain nombre de pays décident d’approfondir leurs collaborations du point de vue de la sécurité, défense, de la fiscalité, du social, de l’environnement… Les droits des citoyens commencent à varier selon leur pays, on assiste alors à une augmentation des inégalités entre citoyens.
  4. Faire moins mais de manière plus efficace : les matières comme la santé, le développement, l’emploi… sont mis de côtés. Il faut cependant s’entendre sur ce qui est désormais une priorité pour l’UE.
  5. Faire beaucoup plus ensemble.

Jean-Claude Juncker a lui-même proposé un mix de ces scenarios lors de son discours « The State of the Union » (13 septembre 2017), évoquant notamment des propositions reprises ici. Bien que certaines idées existent de longue date, Emmanuel Macron en reprend également lors de son discours à La Sorbonne.

Les Jeunes cdH doivent définir leur position quant à la réflexion actuelle

L’Union européenne est effectivement à une période charnière et qu’il est nécessaire de (re)définir les priorités, les valeurs et le futur du projet européen. Précisons que les scénarios évoqués par la Commission sont illustratifs et servent à définir une ligne de conduite générale.

Dans ces plans futurs, il convient de prendre en compte certains manquements. Ainsi, les faiblesses actuelles de la collaboration européenne en termes de défense, d’approvisionnement énergétique et de migration sont :

  1. Les nouvelles formes de dangers auxquels l’UE doit faire face notamment la cybercriminalité et le terrorisme. Considérant que ceux-ci comportent une composante transnationale et diffuse.
  2. Plus de la moitié de la consommation intérieure brute d’énergie de l’Europe est importée. En 2014, 69% de cette importation était fournie par la Norvège et la Russie. Pourtant la dépendance énergétique entraine une dépendance politique.
  3. Les accords de Dublin définissent le parcours migratoire des migrants en Europe. Ce système définit les pays d’arrivée comme responsable des demandeurs d’asile, entrainant une pression forte sur certains pays (Grèce, Italie). L’Europe est également passée par des traités sous-traitant la gestion des migrants à des pays comme la Turquie ou la Libye, ainsi que les compétences élargies de l’agence Frontex.

Dès lors, l’avenir de l’Europe doit s’articuler autour de deux des cinq scenarios pour le futur de l’UE. D’une part, faire moins mais de manière plus efficace (scénario 3), d’autre part, permettre aux pays désirant accroitre leur intégration de le faire (scénario 4). Sur certaines matières, il faut faire plus ensemble (scénario 5).

Pour plus d’informations :